1

Playing History – Vikings: Dur, dur de s’habituer aux commandes!

PrintFriendly and PDF

[ A+ ] /[ A- ]

Erik, un jeune Viking, est embarqué dans des raids, des discussions sur différents sujets, se bat contre des ennemis et fait même du commerce. Voilà en gros ce que vous allez faire durant cinq chapitres.

header (1)

Si vous vous souvenez de Playing History – Slave Trade, vous devinez bien que ce jeu a été développé dans une optique pédagogique, vu que la série est utilisée dans les écoles danoises. Il était donc logique de trouver un opus sur les Vikings. Le but principal est d’en apprendre plus sur leur culture, notamment au travers des discussions mais également en inspectant certains objets, même ceux hors du temps. Car Tempus, notre voyageur, donne à Erik un Chrono-Buster. Mais malgré cela, le jeu reste tout même peu documenté. Je veux dire par là qu’aucun autre média intervient, comme des vraies photos, des cartes, etc..

Au niveau des mini-jeux, celui qui consiste à diriger un bateau est enfin jouable. Fini les prises de tête! Mais alors, que dire des combats? Les stratégies sont simples à mettre en place mais quand vous devez vous défendre contre des ennemis qui ont des techniques que vous ne débloquez qu’après, c’est plus frustrant.

Navigation

Navigation

Le jeu du commerce

Le jeu du commerce

Un autre problème reste la prise en main. J’ai beaucoup du mal à contrôler à la fois la caméra et mes mouvements. Et cela gêne énormément pour les passages d’infiltration où vous ne devez pas vous faire voir. Et si vous êtes un spécialiste des succès à 100%, vu que personne ne sait qui est Lothar... En fait, vous devez le battre. Mais aucun Lothar n’est cité… A moins qu’il soit un guerrier germain, dans le passage où vous devez perdre?

Le combat que l'on doit perdre... Lothar?

Le combat que l’on doit perdre… Lothar?

Si ici, on est Sigfrid, il n'en reste pas moins que c'est un passage d'infiltration

Si ici, on est Sigfrid, il n’en reste pas moins que c’est un passage d’infiltration

Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier le jeu. Il est simplement dommage de ne pas avoir plus insisté sur un Erik enfant, avec tout ce qui est jouets, école, etc..

Erik, enfant

Erik, enfant

Il n’en reste pas moins que Playing History – Vikings reste un jeu où l’enfant doit être accompagné, ne fût-ce que parce qu’il est en anglais (mais les voix parlent le danois) et que les contrôles sont difficiles à appréhender.

Il y a même des citations qu'on n'a pas le temps de lire et de comprendre

Il y a même des citations qu’on n’a pas le temps de lire et de comprendre

Il ne reste qu’à The Plague à débarquer sur Steam. Mais peu importe, mon avis sur la série est faite. Le fait qu’il n’y ait que de l’anglais ou du danois le rend inutilisable dans la plupart de nos classes francophones. Il existe d’autres jeux plus sympathiques comme A l’Assaut par exemple. Mais pour s’amuser sans se prendre la tête, vous pouvez y aller.

NB: Entre la rédaction de cet article et la publication, les développeurs ont enfin répondu à la question qui est Lothar. Bon, je l’avoue, j’ai envoyé un tweet. Et c’est bien notre guerrier germain qui apparaît après avoir battu ses deux sbires, qui s’appelle Lothar.

Vous avez trouvé l'article intéressant? Partagez-le!

Vinciane

Conseillère pédagogique et développeuse PHP, passionnée de nouvelles technologies, de l'histoire (particulièrement l'Antiquité et la Second Guerre Mondiale) et des jeux vidéo, j'aime écrire, tester et partager.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 4 =