0

The Big Internet Museum: L’essentiel du web en ligne

PrintFriendly and PDF

[ A+ ] /[ A- ]

Dans ma veille du week-end, j’ai trouvé cet article de Cédric (Autour du Web) concernant le Big Internet Museum et j’ai trouvé l’initiative sympathique et surtout très interactive. Aussi, je me devais d’écrire un petit commentaire sur ce site.

 

On sait, Internet dans sa forme actuelle est un produit des années 2000 (YouTube, Facebook, Twitter, tous ces services célèbres sont nés dans cette décennie) mais pour un jeune adolescent, il est inconcevable d’imaginer un Internet différent. Et pourtant, MSN, Google ou encore le langage HMTL sont apparus bien avant, dans les années 80-90. Et si Internet est apparu comme une révolution, un petit nombre de privilégiés étaient déjà connectés entre eux grâce à ARPAnet dans les années 70. The Big Internet Museum se veut l’écho de la naissance d’Internet et des concepts inhérents à celui-ci ou des technologies, même disparues, qui ont pourtant eu un impact dans notre vision du numérique actuelle.

The Big Internet Museum

Le musée tout d’abord est interactif: vous pouvez bouger le curseur sur la ligne du temps comme vous le voulez, vous avez des ressources supplémentaires à chaque étape (cela peut être une vidéo, un lien vers un site sur le sujet ou une photo) et surtout il couvre tous les aspects du numérique: le smartphone, Gangam Style, Napster et même World of Warcraft ont été intégrés dans la collection permanente. Bien entendu, tout n’y est pas: il manque par exemple l’utilisation du corps comme manette ou le protocole TCP/IP sans lequel Internet ne serait pas ce qu’il est. Mais les traditionnels succès du web sont là: Facebook, MSN, Second Life, le spam, etc..

Exemple (avec ressource supplémentaire affichée): ARPAnet

Exemple (avec ressource supplémentaire affichée): ARPAnet

C’est pour cela que The Big Internet Museum se veut communautaire: soumettez une technologie, une entreprise, un jeu, un langage ou tout encore concept (comme le piratage) dont vous estimez qu’il a sa place dans le musée « permanent » et laissez la communauté décider s’il rejoindra ou pas la ligne du temps. Pour le moment, vous avez plusieurs dizaines de submissions: cela va de Foursquare à Yahoo en passant par Steam et par jQuery sans oublier The Pirate Bay ou Mozilla. Même Megaupload, Dropbox, WordPress ou encore Amazon se trouvent dans les suggestions.

Votez pour ces suggestions!

Votez pour ces suggestions!

De plus, si vous voulez naviguer dans le musée par thèmes, vous pouvez! Il suffit d’aller dans le menu et de choisir l’aile que vous désirez visiter: Gaming, History, etc..

Navigation par thème, en arrière-plan, la fameuse banane qui danse

Navigation par thème, en arrière-plan, la fameuse banane qui danse

Il propose également une exposition temporaire: à l’heure où j’écris cet article, elle concerne l’histoire du Flash et se base sur la même présentation que la collection permanente.

Exposition temporaire: l'histoire du Flash

Exposition temporaire: l’histoire du Flash

Bien entendu, The Big Internet Museum n’en est qu’à ses débuts (d’après sa Timeline Facebook, le projet aurait commencé en juillet 2012 et a été mis en ligne en décembre de la même année), d’ailleurs, vous pouvez en faire la promotion en devenant un ami du musée (via Facebook par exemple) ou en faisant le don d’un tweet: le site utilise une terminologie typique des institutions muséales physiques.

Je fais don d'un tweet

Je fais don d’un tweet

La ligne graphique reste sobre, ce qui dans un sens convient mieux pour présenter simplement l’objet que vous êtes en train de visionner: cela permet de s’y retrouver plus facilement et d’être accessible à chacun.

 

En définitive, l’initiative est plaisante, bien qu’en anglais, néanmoins, si vous vous intéressez à Internet, The Big Internet Museum est un excellent point de départ pour accroître sa culture numérique.

qrcode_tbim

Vous avez trouvé l'article intéressant? Partagez-le!

Vinciane

Conseillère pédagogique et développeuse PHP, passionnée de nouvelles technologies, de l'histoire (particulièrement l'Antiquité et la Second Guerre Mondiale) et des jeux vidéo, j'aime écrire, tester et partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × quatre =